Par Le National
© Roger-Luc Chayer / Le National


L’Église Raëlienne et l’homosexualité.

La position de l’Église raëlienne est très simple : chacun a le droit de disposer de son corps comme il l’entend. Chaque personne a le droit d’avoir une vie sexuelle en harmonie avec ses goûts et ses attirances naturelles. L’orientation sexuelle de chaque individu étant définie génétiquement, l’homosexualité est un phénomène naturel.

Autant il ne nous viendrait jamais à l’idée de reprocher à quelqu’un d’avoir les yeux verts ou les cheveux noirs, ou à un homme d’être un homme , autant " reprocher à un homosexuel d’être un homosexuel est aussi stupide que de reprocher à un chat d’être un chat " Raël

En fait, il existe deux pôles connus, l’hétérosexualité et l’homosexualité et entre les deux évidemment la bisexualité. Mais entre ces orientations connues, il existe une multitude d’orientations ou de manifestations naturelles de la sexualité, qui ont toutes pour objet de permettre à l’individu de manifester ou d’exprimer sa façon d’être, de vivre pleinement en harmonie avec son corps et ses attirances et laisser ainsi son code génétique s’exprimer.

Chez les raëliens, l’homosexualité est, " non pas tolérés ", mais au contraire chaque individu est fortement encouragé et valorisé à vivre sa différence y compris, sa différence sexuelle telle qu’il la ressent . Chaque individu est même invité à vivre des expériences homosexuelles lui permettant de vérifier dans quelle mesure une partie de lui est peut-être aussi homosexuelle et vice-versa pour les homosexuels, si ce n’est déjà fait.

Notre religion, c’est la science, et celle-ci démontre de plus en plus qu’on retrouve dans la nature des manifestations homosexuelles chez les animaux, contrairement à ce que les religions traditionnelles et moyenâgeuses ont toujours voulu nous laisser croire. L’homosexualité est un phénomène naturel, ce qui n’est pas naturel, c’est de vouloir obliger les autres à avoir la même sexualité que soi. C’est ce que font généralement tous ceux qui martyrisent les gens qui ne leur ressemblent pas. Ce sont généralement les mêmes qui sont racistes, traditionalistes et militaristes.

L’agressivité envers les homosexuels est une forme de racisme. Elle provient de gens qui ont une vie sexuelle misérable et qui ne peuvent tolérer que d’autres aient l’air épanouis en vivant d’autres choix que les leurs.

Liberté sexuelle et religion raëlienne

La philosophie de la religion raëlienne prône également la liberté sexuelle. Mais attention : qui dit liberté dit aussi non-obligation! Il ne faut pas confondre…

La liberté sexuelle : c’est la liberté autant de n’avoir qu’un ou qu’une seule partenaire ou d’en avoir plusieurs. C’est aussi la liberté de rester ensemble quand on a trouvé le ou la partenaire qui correspond à ce qu’on cherchait.

Dans notre philosophie de la sexualité, tout est possible et tout est permis mais rien n’est obligatoire . Seul, trois règles sont à respecter et s’imposent :

-Le respect des goûts et des décisions des autres dans le libre choix de leurs partenaires.

-La conscience que personne n’appartient à personne.

-Le souci de chercher le bonheur de ceux et celles que l’on prétend aimer.

Il y a chez les raëliens, des homosexuels , hommes et femmes, des hétérosexuels, des bi-sexuels, des transexuels et transgenres, tous épanouis , car conscients d’être aimés comme ils sont et de pouvoir s’épanouir en vivant leur corps comme ils l’entendent dans une fraternité qu’aucune autre religion ne leur avait apportée auparavant.

La religion raëlienne célèbre également les mariages gais, hommes et femmes. Elle ordonne aussi des prêtres gais. Actuellement, seulement au Canada, il y a deux prêtres gais (hommes) comme il y a aussi des femmes-prêtres.

Clonage et homosexualité.

Certains se demanderont, mais que vient faire le clonage dans tout cela. D’ici peu, le clonage humain permettra aux gais et lesbiennes en couples ou aux personnes seules, d’avoir un ou des enfants génétiquement reliés à eux et c’est là un droit fondamental reconnu à tout être humain. Les homosexuels et les lesbiennes étant différents dans leur orientation, il est naturel qu’ils aient une façon différente de se reproduire et d’avoir des enfants issu de leurs génétiques. Science-fiction direz-vous?

Pas du tout! Pas plus tard que le 12 juillet 2001, une scientifique spécialisée en reproduction de l’Institut de reproduction et de développement de l’Université de Monash en Australie, a affirmé avoir réussi à mettre au point la technique de fécondation d’ovule sans sperme. C’est maintenant un fait scientifique vérifiable.

Quels homosexuels ou lesbiennes n’ont pas rêvé ou ne rêvent pas un jour d’avoir un enfant , d’avoir leur propre enfant. N’est-ce pas là un sentiment légitime? Et bien voilà que c’est maintenant possible pour deux femmes vivant ensemble d’avoir un enfant issus de leurs propres gênes.

Et qui plus est, d’avoir un enfant sain, normal et exempt de toute maladie ou tares génétiques héréditaires. Mais mieux encore, le clonage permettra aux homosexuels d’être enfin sur un pied d’égalité avec les hétérosexuels puisque la plupart des hommes et des femmes qui voudront un enfant, utiliseront d’ici 10 à 15 ans, la technique de clonage permettant de s’assurer que leurs enfant est parfaitement normal.

Vision futuriste de ce que nous apporte l’avenir, diront certains? Oui mais surtout vision réaliste puisque la science, à chaque jour, nous révèle les secrets de la vie qui fait que les humains pourront créer un être "  à leur image et à leur ressemblance. "

Pierre-Paul Bourque, guide-prêtre raëlien homosexuel,

Responsable de la diffusion dans la communauté gaie.

petersbourg@videotron.ca