Province de Québec

Ville de Montréal Avis

Date: 15 décembre 2001

___________________________________

Monsieur Stéphane Monfette, journaliste

Journal Samedi Express (Granby)

Mis-en-cause

et

Madame Liette Senay, Éditrice

Samedi Express

Mis-en-cause

__________________________________

AVIS

Le Conseil de Presse Gai du Québec a souhaité rendre un avis suite à la publication d'un article signé de M. Stéphane Monfette publié dans le journal Samedi Express de Granby du 3 novembre 2001.

L'article en question porte le titre : Les jeux gais à Montréal...

´Il paraît que nous vivons dans une société qui se dit ouverte d'esprit. Eh bien, la ville de Montréal vient d'en faire la preuve en acceptant cette semaine d'être l'hôte, en 2006, des 7èmes jeux gais. Après les jeux para-olympiques et les jeux pour greffés, voici les jeux gais. Même si on parle de retombées économiques de plus de 150 millions$, utiliser de tels jeux pour affirmer son orientation sexuelle me laisse tout à fait perplexe. Les homosexuels s'affirment de plus en plus, mais je crois bien sincèrement qu'il y a des limites. Ils ont leur parade, leurs émissions de télé, leurs journaux et leurs revues. C'est à croire qu'ils sont vraiment aussi différents des autres. Ce n'est pas d'hier que les gais ont leurs jeux. Les premiers jeux gais ont été ceux de San Francisco auxquels, en 1982, près de 1600 ´athlètesª participaient. À Montréal, ils seront près de 25,000. C'est à croire qu'ils peuvent maintenant se reproduire ma foi du bon Dieu!

Pire encore: Les organisateurs de ces jeux ne voulant probablement faire aucune discrimination, invitent même les athlètes hétérosexuels à y participer. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour s'intégrer d'avantage? J'imagine très mal un hétéro haltérophile se vanter d'avoir remporté une médaille d'or aux jeux gais de Montréal ne croyez-vous pas?

On cherche à prouver quoi?

Même si les jeux gais existent depuis presque 20 ans, on apprenait seulement depuis peu qu'ils auront lieu dans notre cour, à Montréal. Il est vrai que plusieurs questions méritent d'être soulevées, entre autres: qu'est-ce qu'on cherche à prouver avec la présentation de tels jeux? Veut-on faire la promotion du sport ou bien de l'homosexualité? Veut-on démontrer que les homosexuels sont des personnes comme les autres? Si oui, pourquoi ces jeux alors?

Quoi qu'il en soit, je crois en toute franchise que nous sommes rendus trop loin. Ai-je un esprit trop fermé? Peut-être. Mais j'ai du mal à croire que des lutteurs olympiques peuvent s'embrasser à la fin de leur combat plutôt que de se donner la traditionnelle poignée de main. C'est le baron Pierre de Coubertin qui doit capoter dans sa tombe!

Il est également vrai que, de plus en plus, les races, les sociétés et les idéologies religieuses tendent à s'isoler les unes des autres, prétextant vouloir affirmer leur propre identité. Par cette façon d'agir je crois que c'est plutôt l'inverse qui se produit.

De toute façon, même si beaucoup de progrès ont été réalisés dans ce sens, on se rend bien compte que l'homosexualité aura toujours de la difficulté à faire l'unanimité dans notre société majoritairement hétérosexuelle. Quant à moi, j'imagine que la présentation des jeux gais à Montréal n'y changera pas grand-chose, sinon de faire augmenter les mauvaises blagues... Tant qu'à faire, c'est pour quand les jeux pour fumeurs de 30 cigarettes et plus par jour ou bien les jeux pour alcooliques?ª

L'image d'accompagnement utilisée était la suivante:

Le Conseil, dans un courriel au journaliste, a demandé à ce dernier de l'éclairer sur certains aspects de son article, celui-ci répliquant que ne nous connaissant pas, la demande devait être non-sérieuse. L'Éditrice du journal corrigeant d'ailleurs cette méprise au nom de son journaliste.

Les questions posées par le Conseil au journaliste étaient les suivantes:

    1. D'où vient l'image utilisée avec la chronique et quel est le lien entre celle-ci et les jeux gais de Montréal en 2006?
    2. En quoi la demande d'information du CPGQ datée du 7 novembre 2001 constitue une "menace" pour M. Monfette?
    3. Le Conseil souhaite obtenir la preuve que des lutteurs olympiques gais s'embrasseraient à la fin de leurs combats plutôt que de se donner la traditionnelle poignée de main, comme affirmé par M. Monfette. Une preuve photo serait acceptable.
    4. Est-ce que M. Monfette est famillier avec les guides déontologiques de la FPJQ et du Conseil de Presse du Québec?
    5. Pour quelle raison le journaliste responsable d'une chronique ne serait pas responsable de ses écrits? (clause de conscience)
    6. Pourquoi associer les jeux ou les athlètes gais à des problèmes d'abus de substances? (tel que mentionné dans la chronique)

Le 27 novembre 2001, Madame Liette Senay répondait ainsi au nom de son journaliste:

´En réponse à votre courriel du 20 novembre. L'image utilisée dans la chronique a été choisie sur un site démontrant la parade gaie. Selon le chroniqueur, cette photo a été choisie parce qu'il était facile aux lecteurs de faire le lien avec les gais. Il admet cependant qu'elle n'a aucun rapport avec les jeux. À première vue, l'apparence gaie évidente du personnage semblait atteindre les objectifs de monsieur Monfette.

Monsieur Monfette admet que le terme ´ menace ª n'était pas du tout approprié. Ce qu'il souligne c'est qu'il avait l'impression que la demande n'était pas sérieuse car elle ne portait aucune signature. J'aimerais attirer à votre attention, qu'il a répondu à ce courriel sans nous consulter ou nous joindre en copie. Nous aurions, très certainement, traité votre demande sur un autre ton, car nous croyons que celui tenu dans la réponse de monsieur Monfette n'était pas approprié.

Après vérification auprès de Monsieur Monfette, il nous a confirmé ne pas être familier avec les guides de déontologie de la FPJQ et le Conseil de Presse du Québec. En fait, depuis quelques années monsieur Monfette collaborait avec le journal coopératif Samedi Express qui a été vendu en mai dernier. Nous, la nouvelle administration du journal, n'avons pas pensé faire ces vérifications au niveau de ses connaissances. Il a toujours soumis ses textes à la rédactrice en chef qui elle, avait le mandat de surveiller et corriger le contenu rédactionnel de monsieur Monfette. Suite au départ de Madame Isabelle Authier, rédactrice en chef, une personne a repris les fonctions par intérim pour faire les révisions de textes de monsieur Monfette. C'est le manque d'expérience qui a laissé passer de tels commentaires et cette personne n'avait reçu aucune consigne de la part de Madame Authier lors de la période de formation.

Nous ne voyons aucune raison pour laquelle le journaliste ne serait responsable de ses écrits. Cependant nous avons aussi notre rôle à jouer pour que des erreurs comme celles-ci ne se reproduisent. Il est clair que cette tâche reviendra à notre nouveau rédacteur que nous venons d'accueillir ce lundi 26 novembre.

À votre question, Pourquoi associer les jeux ou les athlètes gais à des problèmes d'abus de substances? Je ne suis pas certaine de bien comprendre à quelle partie du texte vous vous référez. Est-ce la conclusion ´Tant qu'à faire, c'est pour quand les jeux pour fumeurs de 30 cigarettes ou plus par jour ou bien les jeux pour alcooliques? ª? Si oui, je crois qu'une comparaison avec des jeux pour les blondes aurait pu être utilisée. En aucun cas il a voulu démontrer que l'homosexualité pourrait avoir un lien avec l'abus de substances.ª

Le Conseil, suite à l'étude de l'ensemble des pièces au dossier, souhaite émettre les observations suivantes:

Loi C-42 sur le Droit d'auteur

´ oeuvre artistique ª "artistic work"

´ oeuvre artistique ª Sont compris parmi les oeuvres artistiques les peintures, dessins, sculptures, oeuvres architecturales, gravures ou photographies, les oeuvres artistiques dues à des artisans ainsi que les graphiques, cartes, plans et compilations d'oeuvres artistiques.

Communication des nouvelles

29.2 L'utilisation équitable d'une oeuvre ou de tout autre objet du droit d'auteur pour la communication des nouvelles ne constitue pas une violation du droit d'auteur à la condition que soient mentionnés :

a) d'une part, la source;

b) d'autre part, si ces renseignements figurent dans la source :

(i) dans le cas d'une oeuvre, le nom de l'auteur.

´Vérité et Rigueur:

3 g) Photos, graphiques, sons et images diffusés ou publiés doivent représenter le plus fidèlement possible la réalité. Les préoccupations artistiques ne doivent pas conduire à tromper le public. Les photomontages doivent être identifiés comme tels.

´ 10. Clause de conscience: Les journalistes sont responsables de leurs actes. Ils ne doivent pas être contraints de recourir à des pratiques contraires à l'éthique et à la déontologie de leur profession, pas plus qu'ils ne peuvent rejeter le blâme de leurs propres actions sur les autres.ª

3. Vérité et rigueur

3 a) Les journalistes ont l'obligation de s'assurer de la véracité des faits qu'ils rapportent au terme d'un rigoureux travail de collecte et de vérification des informations. Ils doivent corriger leurs erreurs avec diligence et de façon appropriée au tort causé.

3 b) Les journalistes doivent situer dans leur contexte les faits et opinions dont ils font état de manière à ce qu'ils soient compréhensibles, sans en exagérer ou en diminuer la portée.

3 c) Les titres et présentations des articles et reportages ne doivent pas exagérer ni induire en erreur.

3 d) Les journalistes doivent départager soigneusement ce qui relève de leur opinion personnelle, de l'analyse et de l'information factuelle afin de ne pas engendrer de confusion dans le public. Les journalistes s'en tiennent avant tout au compte rendu précis des faits. Dans les genres journalistiques comme les éditoriaux, les chroniques et les billets ou dans le journalisme engagé, où l'expression des opinions prend une large place, les journalistes doivent tout autant respecter les faits.

3 e) Une rumeur ne peut être publiée sauf si elle émane d'une source crédible, et si elle est significative et utile pour comprendre un événement. Elle doit toujours être identifiée comme une rumeur.

 

2. Valeurs fondamentales du journalisme

Les journalistes basent leur travail sur des valeurs fondamentales telles que l'esprit critique qui leur impose de douter méthodiquement de tout, l'impartialité qui leur fait rechercher et exposer les divers aspects d'une situation, l'équité qui les amène à considérer tous les citoyens comme égaux devant la presse comme ils le sont devant la loi, l'indépendance qui les maintient à distance des pouvoirs et des groupes de pression, le respect du public et la compassion qui leur font observer des normes de sobriété, l'honnêteté qui leur impose de respecter scrupuleusement les faits, et l'ouverture d'esprit qui suppose chez eux la capacité d'être réceptifs aux réalités qui leur sont étrangères et d'en rendre compte sans préjugés.

Dans le document "Droits et responsabilités de la presse", le Conseil de Presse du Québec définit clairement les obligations du journaliste, le Conseil de Presse Gai du Québec constate certains manquements notamment en ce qui a trait aux éléments suivants:

a) Les genres journalistiques

 

L'information communiquée au public fait nécessairement l'objet de choix rédactionnels et subit un traitement journalistique suivant divers modes appelés genres journalistiques. Ces genres, de même que la façon de présenter l'information, relèvent du jugement et des prérogatives des médias et des professionnels de l'information, qui sont par ailleurs tenus de respecter les faits en tout temps.

La nouvelle, le reportage et l'analyse

La nouvelle, le reportage et l'analyse sont destinés à informer le public, c'est-à-dire à lui rappeler et à lui expliquer les faits en les situant dans leur contexte pour lui permettre de se faire, en toute connaissance de cause, une opinion sur les événements et l'actualité.

L'éditorial et le commentaire

L'éditorial et le commentaire se distinguent de l'information brute en ce qu'ils constituent des tribunes réservées soit à l'éditeur, soit à l'éditorialiste, soit au commentateur pour qu'ils expriment leurs convictions, leurs tendances et leurs points de vue. Ces genres sont essentiellement du journalisme d'opinion et sont une manifestation de la liberté d'expression et de la liberté de la presse. Leur contenu relève de la discrétion de l'éditeur qui est libre d'établir la politique du média en ces matières. C'est sa prérogative, à l'intérieur des limites de l'éthique journalistique, de se réserver, à tout moment, l'espace qu'il juge à propos, pour prendre position, exprimer ses critiques ou faire valoir ses points de vue.

En matière d'éditorial et de commentaire, l'éditeur est libre d'exclure les points de vue qui s'écartent de la politique du média, sans qu'une telle exclusion puisse être considérée comme privant le public de l'information à laquelle il a droit.

La chronique et la critique

La chronique et la critique sont des genres qui tiennent autant de l'éditorial et du commentaire que du reportage d'information. Ces genres d'information laissent à leurs auteurs une grande latitude dans l'expression de leurs points de vue et de leurs jugements. Ils permettent aux journalistes qui les pratiquent d'adopter un ton polémiste pour prendre parti et exprimer leurs critiques, ce qu'ils peuvent faire dans le style qui leur est propre, même par le biais de l'humour et de la satire.

B- Attitude de la presse à l'égard des personnes et des groupes

 

a) Discrimination

 

Les médias et les professionnels de l'information doivent éviter de cultiver ou d'entretenir les préjugés. Leur devoir est plutôt de les dissiper. Ils ne peuvent se permettre d'utiliser, à l'endroit des personnes ou des groupes, des termes méprisants ou propres à les ridiculiser ou à les discréditer auprès de l'opinion publique.

Selon la Charte québécoise des droits et libertés de la personne8, toute personne a droit à la reconnaissance et à l'exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l'orientation sexuelle,l'état civil,etc., et il y a discrimination lorsqu'une telle distinction, exclusion ou préférence a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit.

En matière d'information, les médias et les journalistes n'ont pas à s'interdire de faire état des caractéristiques qui différencient les personnes telles la race, la religion, la couleur, l'origine ethnique, l'orientation sexuelle, etc. Toutefois, la mention de telles caractéristiques n'est justifiable que lorsque la cohérence du récit l'exige et lorsqu'elle est une condition essentielle à la compréhension du texte.

d) Le respect et l'identification des genres journalistiques

 

Les médias et les journalistes doivent respecter les distinctions qui s'imposent entre les différents genres journalistiques, lesquels doivent être facilement identifiables afin que le public ne soit pas induit en erreur sur l'information qu'il croit recevoir.

La nouvelle, le reportage et l'analyse

En ce qui a trait à la nouvelle, au reportage et à l'analyse, les médias et les professionnels de l'information doivent s'en tenir à rapporter les faits et à les situer dans leur contexte sans les commenter. Ils doivent respecter l'authenticité et la provenance de l'information afin de ne pas induire le public en erreur sur la vraie nature des situations, ou encore sur l'exacte signification des événements.

L'éditorial, le commentaire et la caricature

La liberté d'opinion de l'éditorialiste et du commentateur n'est pas absolue et la latitude dont ils jouissent doit s'exercer dans le respect le plus strict des droits et libertés d'autrui. Comme tous les professionnels de l'information, ils doivent être fidèles aux faits et faire preuve de rigueur et d'intégrité intellectuelles dans l'évaluation des situations qu'ils commentent. Le caricaturiste doit s'acquitter de la tâche avec la même conscience et le même souci de la qualité.

La chronique et la critique

Le chroniqueur et le critique ne sauraient se soustraire aux exigences de rigueur et d'exactitude. Ils doivent éviter, tant par le ton que par le vocabulaire qu'ils emploient, de donner aux événements une signification qu'ils n'ont pas ou de laisser planer des malentendus qui risquent de discréditer les personnes ou les groupes. Enfin, il importe qu'ils présentent d'abord les événements de façon factuelle, avant d'en faire la critique, pour que le public puisse se former une opinion en toute connaissance de cause.

Le Conseil tient à souligner l'excellente collaboration de Madame Liette Senay, éditrice du journal Samedi Express, qui a manifesté un grand respect de notre volonté d'éduquer dans ce dossier.

Un mis-en-cause qui souhaiterait faire appel de cet avis peut en faire la demande dans les 14 jours de la présente et doit produire des pièces justificatives susceptibles de faire changer l'avis actuel. Voir sur le site web du CPGQ pour la marche à suivre.

Pièces: Articles Samedi Express

Correspondances

CPGQ

C.P. 172, succ. Rosemont, Montréal, Québec, Canada H1X 3B7

Téléphone et Télécopieur (514) 728-6436

Web: http://ca.geocities.com/cpgq/index.html COURRIEL: cpgq2001@yahoo.fr